Art singulier, C quoi ?

L’Art singulier, quelle histoire !

Dans la préface du catalogue de la 6 e édition (2003) du festival Hors les Normes, Jeannine Rivais retrace avec clarté l’histoire, encore en cours d’écriture, de ce mouvement turbulent qui s’impose peu à peu, dans la difficulté, l’errance et le flottement, sous le nom d’Art Singulier.

 Et vogue l’Art Singulier

N’est-ce pas déjà la Préhistoire, cette aube des années 60 où, filtrant depuis quelques décennies hors de l’anonymat de murs asilaires ; s’échappant du secret de jardins inconnus, une véritable fontaine de jouvence  de créations autodidactes était soudain considérée comme un art à part entière ; et soulevait une vague sans précédent d’admiration, d’étonnement et de sympathie ?

Tout cela tournant autour de Jean Dubuffet, qui appelait « Art brut » cette production de « l’homme du commun à l’ouvrage ». Créait pour lui un musée. Et interdisait carrément à quiconque l’emploi de ce mot.

L'exposition qui a révélé le mouvement, au musée d'art moderne de Paris, en 1978.

L’exposition qui a révélé le mouvement, au musée d’art moderne de Paris, en 1978.

Les événements se sont ensuite précipités : à cause de cette interdiction, il a fallu inventer d’autres vocables. Les imaginaires les plus divers se sont mis en branle. Journalistes, poètes, écrivains… ont déployé des trésors de fantaisie. Le tout couronné par l’exposition parisienne de 1978, Les Singuliers de l’Art. L’aventure était sur de bons rails. Et dès lors, l’Art hors-les-normes, l’Art spontané, l’Art différencié, la Création franche…en un mot l’Art Singulier, avançaient irrésistiblement vers une reconnaissance de plus en plus large et passionnée.

Alors, tels des champignons parés de leurs plus belles couleurs, des musées ont jailli du néant : axé sur l’imaginaire paysan, arrivait bon premier, sans se soucier des autres, Candide et son petit Musée du Bizarre (1968). Puis venaient le Musée d’Art brut et la Neuve Invention implanté à Lausanne (1976) ; La Fabuloserie du couple Bourbonnais, Musée d’Art Hors-les-normes (1983) ; l’Aracine de Madeleine Lommel, Musée d’Art brut (1986) ; le Site devenu Musée de la Création franche de Gérard Sendrey (1989) ; l’Art en marche de Luis Marcel (1994) ; la Collection Cérès Franco d’Art contemporain (1994). Au fil des années, tous ont triplé, quadruplé leurs collections, sont devenus de véritables ruches vite trop exiguës. Et l’histoire a filé à toutes jambes : Candide, hélas, a quitté pour d’autres cieux son monde de petits personnages chantournés avec amour ; la Fabuloserie fête ses 20 ans ; l’Aracine a migré vers des lieux plus spacieux et prestigieux, et le musée de la Création franche s’apprête à en faire autant. le musée de l’Art brut et la Neuve Invention s’impose sereinement, qui a pris le caractère quasi-sacré des mythes fondateurs !

Festival d'art singulier de Roquevaire. Le premier du genre, créé par Danielle Jacqui en 1990.

Festival d’art singulier de Roquevaire. Le premier du genre, créé par Danielle Jacqui en 1990.

Et tous sont devenus de véritables institutions affirmant leurs différences ou leurs tendances souvent voisines.

Parallèlement, des revues ont pris une ampleur considérable : Gazogène, l’Amateur, Les friches de l’Art, Regard… et surtout, véritable mémoire de l’Art singulier depuis près de quarante ans, le Bulletin de l’Association des Amis de François Ozenda.

Tous ces axes animés par des amateurs fous de singularité constituent désormais les piliers d’une création floribonde située en marge des circuits officiels. Auxquels manquaient, bien sûr, le sceau des créateurs eux-mêmes ! Prenant conscience de ce manque et parce qu’ils voyagent avec leur cœur plus qu’avec leur raison, quelques-uns ont oublié un moment leur œuvre personnelle pour proposer à d’autres des espaces où montrer les leurs. Ainsi a débuté l’ère des festivals qui depuis s’épanouissent dans des villages devenus lieux de convivialité, dépositaires de mille œuvres multiformes ; et noyaux de rencontres amicales développées autour d’imaginaires débordants de vies et de couleurs : le premier est né à Roquevaire, en 1990, autour de la maison de Celle qui peint, de Danielle Jacqui. En 1994, les montagnes savoyardes ont soudain résonné des échos de cette singularité, transbordée par Louis Chabaud à Praz sur Arly… D’autres ont suivi, le cadet en Ardèche, à Banne sous la houlette de Marthe Pelligrino. Enfin, le dernier apparu, le printemps des Singuliers, organisé à Paris par Nadine Servant, a drainé vers lui une foule tellement immense que ne subsiste aucun doute : en ce début de XXIe siècle, la fête singulière bat son plein ; l’Art singulier vogue à toutes rames !

L'œuf sauvage, la revue de Claude Roffat consacrée aux arts bruts et marginaux.

L’œuf sauvage, la revue de Claude Roffat consacrée aux arts bruts et marginaux.

Été 2003, Praz sur Arly, petit village « pralin », est pour la sixième fois en émoi. « Pralin » à lui seul cet adjectif suggère la douceur piquante de cette manifestation qui propose sans ostracisme un large éventail de tendances marginales. En fait, avec sa verve intarissable de baladin du bord des routes, Louis Chabaud se préoccupe peu de tendances. À coup de cœur, il choisit parmi cette manne, les productions qui suscitent en lui le plus d’émotions. D’où l’éclectisme des expositions qu’il organise. Son enthousiasme a d’ailleurs été si communicatif qu’il a entraîné à sa suite tout le village, rendant ce festival encore plus unique. Divers organismes prêtent les cimaises ; des habitants logent les artistes invités ; d’autres, à tour de rôle, les sustentent… Un véritable bourdonnement biennal s’est instauré, auquel se joint un public nombreux, venu parfois de fort loin !

Au point qu’il faut dire et redire combien ce festival ouvert à la fois sur la marginalité et sur le monde, a grandement contribué à élargir la réputation et l’influence de cette aventure hors les normes dont la richesse picturale et sculpturale et l’impact artistico-sentimental n’ont pas fini de surprendre !

Jeannine Rivais

 

Le festival de Banne, en Ardèche.

Le festival de Banne, en Ardèche.

Écrit il y a 10 ans, ce texte reste une référence. Qu’y ajouter de plus ? Sinon que la mouvance singulière a continué à creuser son sillon, s’imposant, par effraction, avec difficulté mais opiniâtreté, dans le paysage de l’art contemporain. Les festivals et les lieux d’exposition se sont multipliés ; quelques artistes se sont imposés ; certains se sont professionnalisés ; de nombreux autres se sont engouffrés dans la brèche ouverte par les pionniers… Avec le succès, certains diront que le mouvement se dilue et perd de son originalité ; pour d’autres, il fait souffler un vent de liberté et insuffle une nouvelle créativité  dans un art contemporain desséché par intellectualisme élitiste (le concept coco, le concept !) et gangrené par un mercantilisme effréné (le « marché » qui ne peut qu’être, cela va de soi, qu’international…).

Attention, le musée nous guette !
Serge Panarotto

 

2000. Le Festival d'art singulier quitte Roquevaire pour Aubagne, la ville voisine, et devient international.

2000. Le Festival d’art singulier quitte Roquevaire pour Aubagne, la ville voisine, et devient international.

BHN. Une biennale internationale Hors les Normes à Lyon pour concurrencer la biennale d'Art contemporain ?

BHN. Une biennale internationale Hors les Normes à Lyon pour concurrencer la biennale d’Art contemporain ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s